Arcanum-fr Index du forum Arcanum-fr
Le forum de la communauté Arcanum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des membresListe des membres   Groupes d’utilisateursGroupes d’utilisateurs   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter afin de vérifier vos messages privésSe connecter afin de vérifier vos messages privés   ConnexionConnexion 

Oni (2)

 
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie....
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Lun Aoû 21, 2006 12:08 pm    Titre du sujet: Oni (2) Répondre en citant

Je suis confronté à un gros bug donc je suis obligé de créer un nouveau sujet pour poster la suite...

II- Le tribut du poignard

L’homme en noir avait accompli sa mission et s’en retournait à présent vers la personne qui lui avait donné ces ordres, courrant depuis maintenant plusieurs heures à travers champs et forêts tandis que les étoiles palissaient, annonçant l’aurore. Il n’y avait rien de nature à troubler les alentours silencieux ; son pas léger semblait effleurer le sol et seul un très léger tintement métallique qui venait d’un repli de sa tunique se faisait parfois entendre. Le ninja pénétra de nouveau dans un bois de bouleaux dont chacun dépassait une vingtaine de mètres. Le soleil perçait par endroits le feuillage dense mais le froid persistait, pourtant, aucun frisson ne parcourait le corps de cet homme en tunique. Son regard restait fixé droit devant lui et le bleu de ses yeux se nimbait d’une teinte verte. Le ninja s’immobilisa soudain ; quelque chose s’était fait entendre. Un cheval approchait, au grand galop. Sa foulée se rapprochait le long de l’orée du bois tandis que la silhouette avait repris sa course avec une ardeur nouvelle. Il allait à présent à une vitesse étonnante, ses pas ne semblaient pas toucher le sol et le vent léger qui avait persisté toute la nuit sifflait autour de lui. Le bruit se faisait chaque instant plus proche. Il se décala pour se rapprocher des premières rangées d’arbres afin d’examiner le cavalier qui était pratiquement à sa hauteur. Le cheval apparut sur sa gauche. A en juger par son équipement, c’était un soldat de l’armée du seigneur Konda. Son cimier composé de deux cornes qui marquaient un étrange angle vers l’extérieur à mi-hauteur complétait une lourde armure traditionnelle à plaques. Sur son dos était attaché un daisho et il tenait à la main une lance seigneuriale. Celle-ci comprenait un bâton qu’un morceau de métal en croissant de lune serré terminait à l’arrière et une épaisse et longue pointe à l’autre extrémité. Le ninja accéléra de plus belle, sa mission ne pouvait, ne devait pas échouer. Peu à peu, le cheval perdit du terrain et il fut bientôt distancé. Peu après, il arriva en vue d’un village. Il le contourna et prit la direction vers le nord-est, vers les montagnes. Le soir venu, il dormit quelques heures avant de reprendre sa route, la deuxième nuit de la pleine lune. Il arriva au pied des montagnes alors que le jour se levait. Il était en train de traverser les derniers champs dans la plaine lorsque il aperçut un cavalier en face de lui. Un deuxième ensuite arriva par l’ouest. Ils étaient vêtus de la même manière que celui qu’il avait distancé la veille. Ce dernier était donc sûrement un émissaire et il avait rempli sa mission. Comme lors de la précédente altercation, le ninja ne manifesta aucune émotion. Il passa la main par-dessus la tête et sortit d’un repli de sa tunique un bâton en ébène qui ressemblait à un long jo. Les deux soldats chargèrent. Le ninja dévia les lances qui étaient pointées toutes deux sur lui grâce à un habile mouvement. Les cavaliers poursuivirent leur course sur quelques mètres en ralentissant progressivement leur monture. Ils se retournèrent et recommencèrent la même tactique. Pour la seconde fois, leur adversaire esquiva l’assaut. Les cavaliers changèrent leur manœuvre : ils se rapprochèrent doucement, lances en avant, de leur ennemi. Le ninja resta immobile un moment, puis leva brusquement les bras en l’air en poussant un cri rauque. Le cheval à sa droite prit peur et se cabra et désarçonna son le soldat qui le montait. Ce dernier se redressa vivement et sortit le sabre le plus long de son daisho. Son compagnon mit également pied à terre et sortit son propre sabre. Chacun s’observait. D’un même élan, les deux soldats se précipitèrent sur le ninja. Celui-ci resta figé quelques secondes puis, lorsque les hommes du seigneur Konda furent à quelques mètres il asséna à l’un un coup rapide avec sa jambe au niveau du visage ; celui-ci tomba raide. Il avait touché la tempe, lorsqu’elle était fortement choquée, provoquait une syncope ; ce coup permettait de se débarrasser d’un adversaire sans le tuer. Il fit face à son second agresseur. Après quelques attaques repoussées, il termina rapidement le combat. Le ninja reprit ensuite son chemin.

Il gravit la montagne quelques heures puis arriva sur un plateau situé à une moyenne altitude. Les vents soufflaient plus fortement à cette hauteur et sifflaient perpétuellement parmi les roches saillantes. Il était à présent devant l’entrée d’une caverne. Il entra en jetant un regard inquiet autour de lui. A mesure qu’il s’enfonçait dans l’obscurité, la peur se dessinait dans ses yeux. Quel dessin impossible avait-elle nourri ? Pourquoi demander ce poignard ? Ces pensées ne devaient pas être siennes. Il avait accompli sa mission et c’est tout ce qui importait pour lui. Il arriva ensuite dans une cavité naturelle aménagée ; il reconnut immédiatement les lieux. C’est à cet endroit que les ordres lui avaient été donnés, à la lueur de milliers de bougies qui brillaient encore aujourd’hui. L’atmosphère de la grotte aurait pu être rassurante sans les ombres projetées sur les murs par toutes les flammes qui rendaient l’endroit effrayant. Le ninja voyait mille et une chimères courir sur les froides parois. Au fond de la caverne se tenait une silhouette encapuchonnée derrière un autel de pierre. Une immense statue aux traits difformes couvrait le mur grisâtre du fond ; le ninja se demanda quel être pouvait représenter cette sculpture. La silhouette voilée enleva alors sa capuche. Le visage d’une belle femme apparut. Elle était vêtue d’une longue robe bleue qui la recouvrait entièrement et l’étoffe, trop longue, traînait par terre. Elle prit la parole d’une voix doucereuse :
- M’as-tu ramené le poignard ? demanda-t-elle.
- Oui, Maîtresse.
-Bien, donne-le moi.
L’homme sortit l’objet de sa tunique. Alors qu’il exhibait l’objet, il observa son interlocuteur. Nulle expression de désir, de surprise ou de cupidité ne se lisait dans ses yeux couleur d’émeraude. Lorsqu’il eut montré le fourreau dans lequel étaient gravés d’étranges symboles, le visage de la femme se durcit.
- Le temps est venu de choisir. dit-elle d’un ton sec. Pour commencer, as-tu respecté chacune de mes instructions ?
- Oui, Maîtresse.
Le ninja semblait de plus en plus mal assuré, ses membres étaient agités de légers tremblements et une lueur de terreur perçait dans ses yeux. Ce n’était pas la récompense qui l’avait motivé à accepter cette mission, c’était le défi ; pénétrer au sein de la demeure du seigneur Konda et voler un objet enfermé dans son bureau, c’était en effet une bravade de taille à l’égard de tous. Il était pourtant résolu à ne pas baisser les yeux devant cette femme qui faisait tant de mystère.
- Est-tu prêt à obéir à d’autres ordres ? Est-tu prêt à me ramener un autre objet ?
- Oui, Maîtresse, je suis prêt.
- Ainsi soit-il. Pars pour la forêt noire. Dans celle-ci tu trouveras un lieu qu’on appelle la Tombe Aquatique. Entre à l’intérieur et ramène moi le septième poignard.
Le ninja écarquilla les yeux.
- Le… septième poignard ? Combien en existe-t-il ? Pourquoi les rassembler ?
- Cela ne te concerne pas encore. Il est préférable de garder certains desseins secrets jusqu’au moment où l’on peut être sûr de les accomplir. A présent, rapporte-moi le septième poignard qui repose au cœur de la Tombe Aquatique. Ne te fais pas voir et ne tue personne… cependant, tu es autorisé à blesser sérieusement quiconque se mettra en travers de ton chemin. Va et ne faillis pas !
- Bien, Maîtresse. Que trouverais-je donc dans la Tombe Aquatique ? demanda-t-elle.
- Cela dépendra de toi, répondit-elle. La légende de la Tombe Aquatique raconte qu’elle est immense et s’étend sous toute la forêt noire. Elle se mit à psalmodier quelques vers :

Seule une voie te mènera au cœur et là,
Parmi les noires eaux et la végétation,
Sur l’autel de la lune où le poignard sera.

Sous le pâle zénith, l’antre se dévoilera
Et la flamme engloutie renaîtra à la vie
Pour ressusciter l’âme du septième démon.

Le ninja avait écouté avec attention ces paroles et semblait soudain inquiet.
- Le septième démon ? Cela signifie que les poignards permettent le réveil d’anciens démons ? Mais alors combien y a-t-il de poignards et de …
- Silence ! ordonna-t-elle. Ta mission consiste simplement à me ramener ce poignard, rien d’autre ! As-tu compris ma volonté ?
- … Oui, Maîtresse. Je pars sur-le-champ pour la forêt rouge.
Le ninja se retourna et commença à s’éloigner.
- Sache que tu ne pourras pénétrer dans la Tombe Aquatique que lors de la pleine lune, ajouta-t-elle. Les dangers seront innombrables et la tâche ardue mais tous ces périls seront mille fois préférables à ma colère si tu reviens sans le poignard. Je te donne deux cycles lunaires pour me le ramener. A présent, va. Et n’oublie pas : Ne sors pas le poignard de son fourreau.
- Je ne vous décevrais pas, Maîtresse. Mais j’ose vous le demander, quelles sont les capacités de ce poignard ? Pourquoi ne dois-je pas …
- Tu sauras ce qu’il te faut savoir en temps utile, coupa-t-elle. Tu réveillerais un ancien fléau trop tôt si tes yeux venaient à se poser sur cette lame. Tu dois juste savoir que ces artefacts sont essentiels pour le bon accomplissement de mes desseins. Je vais t’expliquer pourquoi cela est interdit : le poignard te corromprait si tu ne faisais qu’entrevoir sa lame ; ce processus est nommé L’Appel au sang. Ce qui est contenu dans chaque poignard a besoin de sang. Si tu ne trouves pas de sang pour le satisfaire un cours instant ou si tu as la force de résister et de ne pas tuer, il s’emparera de ton sang pour revivre… Ne sors donc jamais le poignard de son enveloppe. Tel est le tribut du poignard.
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Lun Aoû 21, 2006 12:09 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

III- La forêt grise, la Tombe Aquatique

Deux jours s’étaient écoulés depuis le départ du ninja pour la forêt noire. Celle-ci se trouvait tout à l’ouest, là où se trouvait le septième poignard, là où il devait se rendre. Les jours défilèrent, les nuits s’enfuirent et il courait durant des heures vers le soleil couchant. Rien n’était venu troubler sa course jusqu’à présent. Vint la fin de la nouvelle lune puis le premier quartier. Sa destination était maintenant toute proche. Le ciel s’obscurcit une fois encore. Le ninja décida de s’arrêter ; il grimpa avec facilité sur la plus haute branche d’un bouleau et s’endormit. Il se leva le lendemain alors que le jour se levait et se remit en route après avoir mangé quelques racines et un morceau de petit gibier. A chaque fois qu’il cessait sa course les vers revenait, sans cesse remués dans son esprit : « Seule une voie te mènera au cœur et là » … « Sous le pâle zénith, l’antre se dévoilera ». Le pâle zénith… la lune, se disait-il. Il arriva enfin en vue de sa destination le jour suivant. De loin, les milliers d’arbres qui la composaient semblaient ne former qu’une immense étendue monochrome. Ce lieu sylvestre donnait naissance à d’extravagantes légendes, douces ou effrayantes, heureuses ou tristes. Certains l’appelaient « la forêt pétrifiée », nom dû à la couleur grise des arbres.

Il pénétra à l’intérieur à la fin de l’après-midi tandis que l’air commençait à se rafraîchir. Bien que le jour commençât à peine à décliner au dehors, l’obscurité était quasi totale dans la forêt. Le feuillage des immenses arbres masquait le ciel tandis qu’une brume recouvrait le sol – ce qui ne faisait que renforcer le sentiment de malaise qui naissait à présent dans l’esprit du ninja. Celui-ci tenta de chasser ces obscures pensées en se concentrant sur sa mission : ramener le septième poignard. A mesure qu’il s’enfonçait dans la forêt noire, l’air devenait plus froid et il frissonnait souvent malgré lui. Il savait que, selon les légendes, ce lieu s’étendait sur des espaces démesurés et se demandait comment trouver le cœur de ces bois. La perpétuel teinte terne des bouleaux ne permettait pas de retrouver un quelconque repère ; le ninja courrait tout droit en réfléchissant aux mystères de la Tombe Aquatique. Pourquoi avait-il besoin de la lune pour trouver l’entrée ? Il parcourut ainsi une longue distance tandis que le premier quartier de la lune s’arrondissait de plus en plus au fil du temps. Un cycle lunaire allait bientôt se terminer… la moitié du temps imparti. Un après-midi, alors qu’il recherchait toujours l’emplacement de la Tombe Aquatique, il s’aperçut qu’une légère brise soufflait dans la forêt. Il décida d’aller contre le vent, ne serait-ce que pour se rendre en des lieux plus cléments, là où la brume ne stagnerait pas. En effet, plus il progressait, plus le vent s’intensifiait et bientôt il dû ralentir l’allure et marcher avec peine. Il se demandait où cela le mènerait et s’il avait pris la bonne décision en suivant cette direction. La nuit tombait tandis qu’il luttait toujours pour avancer encore un peu plus. Il aperçut la pleine lune se lever ; son disque parfait se dessinait parmi les hautes cimes. La pâle lumière qui filtrait à travers ces dernières donnait un aspect encore plus sinistre à cet endroit. Lors de cette nuit, il atteignit son but : marchant toujours, bravant le vent à chaque instant, il vit une vive lueur blafarde. Il se rendit vers le lieu d’où provenait cette lumière et arriva dans une petite clairière.

Un spectacle merveilleux s’étendait devant lui. D’imposants rochers étaient amoncelés les uns sur les autres et au pied de ceux-ci se trouvait comme une bouche d’où provenait le puissant souffle du vent. Des nués de feuilles volaient de toutes parts, semblables aux vagues rejetées par l’océan ; le mouvement de celles-ci partait de cette bouche pour se perdre loin au-delà des limites de la clairière. Il contempla longuement cet étrange tableau, se demandant si ses yeux ne l’abusaient pas par quelque tour que ce fût. Petit à petit, le contour du goulet qui semblait s’enfoncer sous les rochers s’éclaira peu à peu. Il s’approcha, à la fois curieux et méfiant. Mais l’élément le plus étonnant le frappa alors qu’il levait les yeux vers le ciel : la lune éclairait ce point précis, cette frontière entre la surface et un monde souterrain inconnu. Ce rayon filtrait à travers les larges feuillages des arbres qui bordaient la clairière et qui recouvraient l’ouverture vers le ciel de cette dernière. Seul un espace était dépourvu de ce touffu couvert.

Après une courte hésitation, le ninja décida de s’enfoncer dans cette bouche béante qui s’ouvrait sur l’impensable. Il se glissa aisément entre les rochers et laissa échapper une sourde plainte alors qu’il sentait le sol se dérober sous ses pieds. Il avait atterri une pente raide et glissante. Il dévalait maintenant à une vitesse vertigineuse lorsque apparut un tournant. Il tentait en vain de freiner à l’aide de ses pieds alors qu’il arriva à la fin de ce plan incliné glissant et retomba sur un lit de feuilles qui avaient perdues leur teinte originelle. Il avait l’impression d’avoir été englouti par un Oni et d’être passé dans sa gorge. Il se releva et observa les alentours. Devant lui s’étendait une grande salle dont les murs étaient recouverts d’un mousse gorgée d’eau. De nombreuses colonnes soutenaient un lourd plafond en pierre ; celles-ci avaient la base qui baignait dans quelques centimètres d’une eau croupie qui recouvrait le sol. Une eau noire ne vérité d’où émergeait ça et là quelques rochers, eux aussi recouverts de mousse. D’étranges niches se trouvaient encastrées dans les murs des environs ; le ninja pensa qu’elles étaient dédiées à quelque déité antique. De ces dernières s’échappaient perpétuellement de l’eau qui coulait en petites cascades dans un léger bouillonnement. Le ninja regardait avec étonnement l’architecture de ce lieu qui lui était inconnue : des arches gigantesques encore intactes contrastaient avec de petites réalisations de pierre à demi écroulées. Surmontant sa première impression, il s’avança avec précaution, surveillant de toutes parts le moindre bruit suspect. L’ambiance lugubre de ce tombeau inspirait un sentiment de sacré mêlé à une froide terreur : Ce qui dormait ici ne saurait être impunément éveillé.

De longues heures s’écoulèrent, l’aube commençait à poindre car de fins rayons éclairaient par endroit les ruines oubliées de ce lieu interdit. Le ninja remarqua que des trous circulaires, destinés à capter le soleil, avaient été aménagés au plafond, cependant, ces dispositions ne permettaient en aucun cas de réchauffer l’intérieur de la Tombe Aquatique. Les longs couloirs se ressemblaient tous, les murs recouverts de mousse laissaient échapper une odeur putride. Seul le bruit des pas du ninja dans l’eau se répercutaient à l’infini dans le sombre dédale. L’endroit se révélait à chaque pas plus immense encore : Il semblait s’étendre sous toute la forêt. Exténué par sa longue course et vaincu par l’atmosphère oppressante du lieu, le ninja grimpa sur une niche de taille supérieure aux autres et s’endormit. Rien ni personne ne le dérangea dans son sommeil bien qu’une sombre entité eut perçu une présence dans sa sépulture oubliée de tous les hommes depuis de très nombreuses années. Cette puissance travaillait à être retrouvée et le sceau qui l’emprisonnait ne suffirait pas à l’empêcher de recouvrir la liberté. Cet humain ne pouvait être ici que pour une seule raison. Il n’avait pas d’aura particulière donc il était parfaitement ordinaire ; l’entité s’en réjouit et de vieux souvenirs émergèrent du fond de sa mémoire. « Ainsi, le temps n’y fait rien… Après tant d’années, les humains sont toujours cupides, plus de pouvoir, ils leur en faut plus… Et bien soit ! Je leur donnerai le pouvoir. Qu’il parvienne en ce lieu que nulle lumière ne peut éclairer. Son cœur et son esprit seront à moi… » Le dieu qui parla ainsi se rendormit en songeant avec satisfaction à sa victoire sur les hommes qui avaient jadis osés l’emprisonner. Le reliquaire redevint calme, et seul, au milieu des ténèbres, le ninja dormait.

Celui-ci se réveilla quelques heures plus tard avec regret, sentant à nouveau peser sur lui une menace ineffable. Il se remit en route, il savait que, depuis le début, sa course suivait le nord dans ce monstrueux repaire. Il arriva enfin sur le seuil d’une salle immense, différente des autres. Au centre se trouvait un bassin rempli d’une eau à la couleur douteuse. Celui-ci était surmonté de quatre colonnes qui se rejoignaient en leur sommet.
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Varghen



Inscrit le: Ven 20 Fev 2004
Messages: 705
Localisation: Dans la Drome(26), en montagne.

MessagePublié le: Lun Aoû 21, 2006 2:35 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

Quel style... Est-ce que l'on va connaître le nom du héros?
_________________
The sun is blue like the eggs in winter.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ]
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Lun Aoû 21, 2006 5:22 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

Ce n'est pas le héros...
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Varghen



Inscrit le: Ven 20 Fev 2004
Messages: 705
Localisation: Dans la Drome(26), en montagne.

MessagePublié le: Mar Aoû 22, 2006 11:14 am    Titre du sujet: Répondre en citant

Va-t-on connaître son nom quand même?
_________________
The sun is blue like the eggs in winter.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ]
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Mar Aoû 22, 2006 11:17 am    Titre du sujet: Répondre en citant

Varghen a écrit:
Va-t-on connaître son nom quand même?


Non. C'est un ninja, un être invisible...
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Varghen



Inscrit le: Ven 20 Fev 2004
Messages: 705
Localisation: Dans la Drome(26), en montagne.

MessagePublié le: Mar Aoû 22, 2006 11:32 am    Titre du sujet: Répondre en citant

Okay...pffff
_________________
The sun is blue like the eggs in winter.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ]
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Mar Aoû 22, 2006 11:32 am    Titre du sujet: Répondre en citant

Varghen a écrit:
Okay...pffff



_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Varghen



Inscrit le: Ven 20 Fev 2004
Messages: 705
Localisation: Dans la Drome(26), en montagne.

MessagePublié le: Mer Aoû 23, 2006 10:39 am    Titre du sujet: Répondre en citant



Bon, la suite?
_________________
The sun is blue like the eggs in winter.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ]
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Mer Aoû 23, 2006 11:28 am    Titre du sujet: Répondre en citant

Faut que je l'écrive...
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Eoliad, Miroir de la nuit



Inscrit le: Mar 28 Juin 2005
Messages: 822
Localisation: Avignon / Les Terres d' Haholith

MessagePublié le: Lun Sep 04, 2006 8:04 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

Eoliad, Miroir de la nuit a écrit:
Faut que je l'écrive...


ça vient bientôt...
_________________
"Noli me tangere"
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé [ Invisible ] MSN Messenger
Afficher les messages depuis:   
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie.... Heures au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr