Arcanum-fr Index du forum Arcanum-fr
Le forum de la communauté Arcanum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des membresListe des membres   Groupes d’utilisateursGroupes d’utilisateurs   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter afin de vérifier vos messages privésSe connecter afin de vérifier vos messages privés   ConnexionConnexion 

Ma première nouvelle

 
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie....
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sico



Inscrit le: Lun 3 Sep 2007
Messages: 7

MessagePublié le: Lun Sep 03, 2007 12:45 am    Titre du sujet: Ma première nouvelle Répondre en citant

voilà un texte achevé pour lequel j'aurais besoin de critiques pour pouvoir m'améliorer. Bonne lecture.

Tout était beau chez Anna Netrebko; depuis ses yeux, jusqu'à sa bouche, son visage et sa magnifique, indescriptible, que dis-je! Sa voix enchanteresse.
Je ne crois pas mentir en racontant que même arrivé à la vingtième écoute, je pleurais encore et toujours. Je ne connais pas grand chose à l'opéra, et ne sais si l'on peut être émue par ce genre de représentations lorsque cela ne nous passionne pas. Quoique? Non, je vous dis des sottises: bien sur que l'on peut-être émue jusqu'aux larmes même en n'étant pas accroc; la preuve en est faite: je suis tombé amouré de l'oeuvre de Verdi lorsque ma femme est rentrée à la maison un soir, et m'a forçée à la regarder, pour – sois-disant- lui tenir compagnie. Je ne crois pas non plus mentir en disant qu'une fois la cent trente-deuxième minute écoulée, jamais ma femme n'a pu remettre la main sur son précieux DVD; ce ne fut que trois mois plus tard que je lui avouai l'emplacement exact de la « Traviata ».
Tout est beau chez Anna Netrebko. Sa voix vibre avec une exquise délicatesse dans la grande et luxueuse salle, où costumes sombres et robes de soirée sont manifestement de rigueur. Sur ce point, je suis un admirateur admirable: j'applique à la lettre les règles. Mon costume noir à cravate rouge, flamband neuf d'hier, tout repassé de ce soir, ne souffre pas le moindre plis. Anna, elle, resplendie dans sa non moins magnifique robe rouge. Que l'on mette les choses au point sur-le-champ: si je vous parle de la « Traviata », je serai contraint d'employé une dizaine de surperlatifs tels que « magnifique » et « resplendissant » par phrase, tant sa voix est inqualifiable: elle peut vous faire pleurer, rire, trembler, aimer... et j'en passe.
Tout sera beau chez Anna Netrebko, et ce même dans vignt ans, lorsque les rides auront sillonnés son visage, lorsque quelques légers chevrotements à peine perçeptibles auront raison de sa superbe voix, lorsque la Violetta Valéry qu'elle interprète arborera des cheveux ternes, lorsque ses yeux hypnotiques auront perdu leur éclat.

Je me rappelle très bien avoir regardé une autre version de mon opéra fétiche avec ma femme; je ne me souviens plus du nom de la cantatrice, en revanche, je me souviens chaque accent de sa voix trop technique et instable, je me souviens de chaque mine et expression de sa figure au maniérisme agaçant, je me souviens aussi et surtout de chaque gâchis qu'elle faisait par son mauvais jeu sur scène. Il me revient à l'esprit ce fameux moment où, l'opéra terminé, je me pressai de dissimuler la vidéo, non pas pour me l'approprier, mais pour éviter d'avoir à l'entendre une nouvelle fois...
Anna est sur scène, grande dans la petitesse de son personnage, noble dans la misèreuse condition de courtisane de Violetta Valéry; je braque mes jumelles sur elle et M. Villazone: elle se trouvera bientôt à l'endroit prévu, sur ce refrain tant attendu, pour lequel j'ai payé ma place. Ses mouvements sont précis, exactement comme prévu, mes gestes se doivent eux aussi d'être d'une grande finesse, à l'endroit prévu, au refrain attendu. Violetta Valéry n'est pas encore morte que mes yeux se voilent déjà de larmes de tristesse et de bonheur. « Elle n'en a plus que pour quelques heures », annonce le médecin, dans son pieux mensonge; voilà à quoi m'ont servis mes quatres années d'italien.
J'imbibe ma manche droite de mes pleurs; tant pis pour le costume, il faut que ma vue reste claire: pour rien au monde mon regard ne doit se détacher d'elle; pour tout l'or du monde, je ne détournerai pas mon attention de sa voix, et cela jusqu'au refrain attendu, jusqu'à l'endroit prévu.
Ca y est! Violettta a troqué son élégante robe rouge contre une chemise de nuit et une grande veste de couleur sombre. Je l'entend encore chanter:« Adio el pasado ». C'est tellement beau dans sa version original que mon esprit ne se donne même plus le mal de traduire. A quoi bon? Tant que je l'entends tou va bien, tant que je la vois, tout va pour le mieux.

Une seule chose m'angoissait en entrant: qu'on ne me laisse pas prendre place flanqué de ma malette; j'ai pris le soin d'amener mon propre équipement, leur espèces de lunettes pour voir les chanteurs ne sont que de la pacotille, j'ai beaucoup mieux à ma disposition: une lunette qui permet de zoomer, c'est plus facile pour bien viser. J'avais trop peur qu'on ne me laisse pas pénétrer dans la salle, j'ai donc du emprunter un chemin plus sur, par les coulisses, en évitant le personnel de sécurité, c'est ainsi que j'ai accédé à l'avant-plus-haut balcon. Ce balcon-ci offre une vue imprenable, fort heureusement. Je visse la lunette sur son support, mon inquiétude se manifeste d'une manière plus contraignante que prévue, traduite par d'abondantes sueurs sur le front, et par les mains moîtes. La peste soit des mains poisseuses! Ce sont elles qui me font mal adhérer à mon équipement. J'approche la lunette de mon oeil droit. Le viseur est prêt.
Tout est beau chez Anna Netrebko. Depuis ses yeux, à sa bouche, à son teint blême sous la leur des projecteurs. Même grimée en malade, elle rayonne, et rayonnera jusque dans la mort... Si je le pouvais, j'accourrai sur scène et lui baiserai les pieds, comme à une reine. Elle est sur scène, une déesse de la mélomanie dans son humaine condition de cantatrice. Je me souviens de Rolando clamant « ô combien je t'aime », et je suis comme lui, prisonnier de ma simple condition d'admirateur, pourtant je l'aime, je ne crois pas mentir en disant que je suis tombé amoureux de la voix d'Anna dès l'instant même où je l'ai entendu. Quelques amis, des passionnés de longue date, m'ont confiés qu'ils n'avaient jamais rien vu de si splendide que cette salle d'opéra; pour ma part, si je la trouve belle, c'est parce que Mme Netrebko y chante. Pour rien au monde je ne veux rater ce refrain, je l'ai patiemment attendu durant deux heures; chez moi, au besoin – dans l'éventualité où il m'échappait – je procédais à une petite arrière rapide, mais ici, tout est différent. Mon coeur palpite, je savoure chaque note qui s'évade de sa bouche. Mes mains suent, ma lunette tremble, et cela car je n'ai pas le droit à l'erreur: il me sera impossible de retourner en arrière.

J'atteins le comble de l'émotion. Je n'ai pas versé une larme pour mon marriage, et ce soir, j'ignore si c'est l'émotion ou bien mon angoissent qui fait courir mes mains sur mon équipement. Je resserre mes doigts autour de la lunette et de la gâchette. Je tremble: ces petits désagréments ne m'ont pas pris depuis cinq ans de métier. A bien tôt, pour bientôt. Ce sera sa chère voix que je regretterai. Sa magnifique et indescriptible, que dis-je! Sa voix enchanteresse!
Je lutte pour rester concentrer, le chargeur s'emboîte en émettant un petit cliquetis de métal.
« Elle s'éteinte! », clament-ils, tragiques.
L'orchestre triple l'intensité de la musique, les cynballes, les vents. Leurs voix. Le coup part sans que quiconque le remarque, sauf moi évidemment. Je souffle sur le mince filet de fumée que crache le canon. Je vois déjà les gros titres des journaux: « Tragédie à Paris. Ce passage, mémorable interprétation de la Traviata, marque d'une pierre blanche la fin de la carrière de cette cantatrice enchanteresse qu'était Anna Netrebko. » J'essuie mes chaudes larmes du revère de ma manche gauche, tandis que ma très chère Anna croûle sous les applaudissements et les ovations des spectateurs. Des roses rouges lancées sur scène viennent réhausser son teint pâle. Elle a les yeux ouverts, agîtée d'une étrange gestuelle fîgée et plaintive. Les applaudissements redoublent. Anna joue superbement, chante superbement. Elle avait l'habitude de saluer humblement les spectateurs. Une main un peu au dessus de la poitrine, parce que cela fait chaud au coeur, des yeux pleins de reconnaissance, de gratitude.
Mon équipement me reste dans les mains, sa merveilleuse voix s'est tue. Je sens encore entre l'index et le majeur la graisse laissée par l'unique balle lubrifiée qu'il m'a fallu utiliser pour le contrat.
Tout fut beau chez Anna Netrebko; mais ce soir: Anna ne se relèvera pas.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé  
Gorka



Inscrit le: Jeu 5 Mai 2005
Messages: 531

MessagePublié le: Lun Oct 15, 2007 5:13 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

D'après ce que j'ai compris, le narrateur est un homme... Donc il faudrait éviter tous les "e" en fin d'adjectif, qui la marque du féminin. Sinon, l'accroche est bonne.



N.B. : ah oui, et aussi : amouré ==> on dit amoureux... ou, à la limite "enamouré" ou "amouraché"
_________________
visitez mon blog de rôliste, découvrez-y mon JdRa !
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé   MSN Messenger
ThunderLord



Inscrit le: Dim 16 Sep 2007
Messages: 9

MessagePublié le: Lun Oct 15, 2007 11:37 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

J'aime beaucoup ! Okay, l'orthographe n'est pas toujours respectée à la lettre, mais la musicalité, le cheminement des pensées du narrateur/assassin, le rythme et l'enchaînement des différentes phases, tout est au point. Sincèrement, je ne trouve à redire que sur la forme, le fond est excellent.

Pour ma part, je serai heureux de lire d'autres nouvelles de cette veine.

P.s : ah, et pour le côté critique : ne sois pas si clinique sur les détails, du genre sa réaction lors de la première écoute de la Traviata, par exemple. Etant donné que la narration est en fait le cours des pensées de l'assassin, tu peux te permettre de rester un peu nébuleux, cela collera mieux
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé  
sico



Inscrit le: Lun 3 Sep 2007
Messages: 7

MessagePublié le: Ven Nov 02, 2007 12:59 am    Titre du sujet: Répondre en citant

merci beaucoup pour ta critique. Pour l'orthographe, désolé (même moi ça m'énerve) qu'il y ait des fautes mais je corrige toujours du mieux que je peux mes textes, mais j'ai pas word alors bon.
Au niveau clinique, je crois que je l'ai à peu près arrangé. Une deuxième version si ça t'intéresse:

Tout était beau chez Anna Netrebko, depuis ses yeux, jusqu'à sa bouche, son visage et sa magnifique, indescriptible, que dis-je! Sa voix enchanteresse!
Peut-on être ému sans connaître quoique ce soit à l'opéra? Verdi était un géni, je suis tombé amoureux de son oeuvre à la première écoute, et tout cela parce qu'elle était sur scène, naturelle, dramatique, oh ma Violetta!... Ce soir, les rues de Salzburg son froides, le brouillard stagne, s'infiltre en moi, me mouille, me fait frissonner, et je n'ai qu'une hâte, qu'elle me fasse frissonner: elle, cette grand Dame. Ainsi je pénètre dans le hall: sur la gauche, un homme vêtu d'uns uniforme bleu accroche des vestes et des manteaux sur des ceintres, à ma droite, on fait visiter le bâtiment à un groupe de touristes, et devant: la porte aux merveilles, aux rêves, aux chagrins; les fauteuils de velour rouge succèdent à une épaisse moquette rouge; tout ici est grand, depuis la scène, en passant par les balcons, le lustre de crital... Calme tes ardeurs! Dis-je à mon excitation. Je retrouve mon air sobre, mon visage aussi inexpressif et figé qu'un masque de tragédie grecque. Je lisse du revers de la main le tissu retouché de mon costume noir, lavé défroissé repassé aujourd'hui même; cravate rouge, pas le moindre plis, non pas un seul! Le protocole mon grand! Ou tu n'est pas digne de l'écouter! Mais calme donc tes ardeurs!
Braises rouges.
Tout est beau chez Anna Netrebko. Sa voix vibre avec une exquise délicatesse dans la grande et luxueuse salle où costumes sombres et robes de soirée sont de rigueur. Sur ce point: irréprochable. Les règles appliquées à la lettre: costume sombre, cravate rouge, non pas le moindre plis non! Et que vois-je? Du rouge, du noir, du Beau: Anna Netrebko resplendie dans sa magnifique robe rouge. Magnifique, c'est ce mot insignifiant qui reste collé à mes lèvres, qui sort de ma bouche, tant la voix d'Anna est inqualifiable. Les puristes diront qu'on peut aisément décrire sa voix, dire qu'elle est charnue, dramatique: les mauvaises langues pesteront même sur quelques faiblesse techniques, qu'importe?
Tout sera beau chez Anna Netrebko. Et ce même dans dix ans, lorsque les rides auront silloné son visage, lorsque quelques légères faiblesses à peine perçeptibles auront raison de sa superbe voix, lorsque Violetta Valéry qu'elle qu'elle incarne arborera des cheveux ternes: ses yeux hypnotiques n'auront pas perdu de leur éclat.
Je me rappel très bien avoir regardé une autre version de la Traviata avec ma femme; le nom de la cantatrice ne me reviens pas, en revanche, je vois encore en esprit chaque accent de sa voix trop technique, trop instable, je me souviens de chaque mine et expression de sa figure au maniérisme agaçant, je me souviens encore et surtout de ce talent gâché par son mauvais jeu scénique. Aussitôt l'opéra fini, je m'empressai d'aller dissimuler la vidéo: Dieu! Que je n'ai plus jamais à entendre cela.
Anna est sur scène, grande dans la petitesse de son personnage, noble dans la misérable condition de courtisane de Violetta Valéry. Je braque mes jumelles sur elle et M. Villazone: elle se trouvera bientôt à l'endroit prévu, sur ce refrai tant attendu, pour lequel j'ai payé mon costume et ma place. Ses mouvements sont précis, calculés et pourtant si vrais, mes gestes se doivent d'être eux aussi d'une grande finesse, à l'endroit prévu, au refrain attendu. Violetta n'est pas encore morte que déjà ma vue se brouille de larmes de tristesse et de bonheur. « Même morte, je t'aimerais encore », dit-elle, pitoyable et attachante. Et moi donc! Même morte, je t'aimerais encore! Ô combien! « Elle n'en a plus que pour quelques heures », annonce M. de Grenvil, le médecin, dans son pieux mensonge: voilà à quoi m'ont servi mes quatres années d'Italien. J'imbibe ma manche droite de mes pleurs, tant pis pour le costume, il faut que ma vue reste claire: pour rien au monde mon regard ne doit se détacher d'elle; pour tout l'or du monde je ne détournerais pas mon attention de sa voix, et cela jusqu'à l'endroit prévu, jusqu'au refrain attendu. Violetta a troqué son élégante robe rouge contre une chemise de nuit et une ample veste noire. Je l'entends encore chanter « Addio del passato ». C'est telement beau dans sa version originale que mon esprit ne se donne même plus le mal de traduire. A quoi bon? Tant que je l'écoute, tout va bien. Tant que je la vois, tout va pour le mieux.
Une seule chose m'angoissait en entrant: qu'on ne me laisse pas prendre ma place flanqué de ma malette. J'ai pris le soin d'amener mon propre équipement, leur espèces de lunettes pour voir les chanteurs ne sont que de la pacotillle, et j'ai bien mieux à ma disposition: une lunette qui permet de zoomer. J'avais trop peur qu'on ne me laisse pas accéder à la salle, j'ai donc dû emprunter un chemin plus sûre, par les coulisses, en évitant le personnel de sécurité, c'est ainsi que je me suis rendu à l'avant-plus-haut-balcon. Ce balcon-ci offre une vue imprenable, fort heureusement. Je visse la lunette sur son support, mon inquiétude se manifeste d'une manière plus contraignante que prévu, traduite par d'abondantes sueurs sur le front, et par les mains moîtes. La peste soit des mains poisseuse! Pas le moindre plis non calme tes ardeurs mais bon dieu écoute là et tes mains moites! Ce sont elles qui me font mal adhérer à mon équipement. J'approche la lunette de mon oeil droit. Le viseur est prêt.
Tout est beau chez Anna Netrebko; depuis ses yeux, jusqu'à sa bouche, à son teint blême sous la lueur bleueté des projecteurs. Même grimée en malade, elle rayonne et rayonneraa jusque dans la mort... Oh Violetta! Oh Anna! Si je le pouvais, j'accourrais sur scène et lui baiserais les pieds, comme à une reine. Elle est sur scène, une déesse de la mélomanie dans son humaine condition de femme; je me souviens de M. Villazone clamant « ô combien je t'aime », et je suis comme lui, prisonnier de ma simple condition d'admirateur, je ne crois pas mentir en disant que je suis tombé amoureux de sa voix dès l'instant où je l'ai écoutée. Quelques amis, des passionnés de longue date, m'ont confiés qu'ils n'avaient jamais rien vu de si splendide que cette salle d'opéra; pour ma part, si je la trouve belle, c'est parce qu'Anna Netrebko y chante. Pour rien au monde je ne veux rater ce refrain, je l'ai attendu, j'ai savouré chaque note de la Traviata durant deux si courtes heures; chez moi, au besoin – dans l'éventualité où il m'échappait – je procédais à une rapide marche arrière, mais ici, tout est différent. Mon coeur palpite, je savoure chaque note qui s'évade de sa bouche, mon sang ne semble pas faire trois tours en une minute, sa voix me semble éternelle, chacun de ses gestes gracieux se décomposent en mille autres; mes mains suent, ma lunette tremble, et cela car je n'ai pas le droit à l'erreur: il me sera impossibl de retourner en arrière.
Est-ce le comble de l'émotion que j'atteinds? Difficile à juger. Je n'ai pas versé une larme pour mon mariage, et ce soir, j'ignore toujours si c'est l'excitation ou bien l'angoisse qui font courir mes mains sur mon équipement. Je resserre les doigts autour de la lunette et de la gâchette. Je tremble: ces désagréments ne m'ont pourtant jamais pris une seule fois en sept ans de métier. A bientôt, pour bientôt. Ce sera sa chère voix que je regretterais le plus. Sa magnifique, son indescriptible, que dis-je! Sa voix enchanteresse! Je lutte pour rester concentrer, le chargeur s'enboîte dans un petit cliquetis de métal.
« Elle s'est éteinte! », clament-ils, tragique.
L'orchestre triple l'intensité de la mélodie, les cynballes, les vents, leur voix! Le coup part sans que quiquonce le remarque, sauf moi évidemment. Je souffle sur le mince filet de fumée que crache le canon. Je vois déjà les gros titres des journaux: « tragédie à Salzburg. C passage, mémorable interprétation de la Traviata, marque d'une pierre blanche la fin de la carrière de cette cantatrice enchanteresse qu'était Anna Netrebko. » J'essuie mes larmes du revère de ma manche gauche, tandis que ma très chère Anna croûle sous les applaudissements et les ovations des spectateurs. Des roses rouges lancées sur la scène viennent rehausser son teint pâle. Elle a les yeux ouverts, agîtée d'une étrange gestuelle figée et plaintive. Les applaudissements redoublent. Anna joue superbement, chante superbement. Elle avait l'habitude de saluer humblement le public, une main posée au dessus de la poitrine, parce que cela fait chaud au coeur, les yeux pleins de gratitude.
Mon équipement me reste dans les mains; c'est tout ce qui me reste, un adieu au passé. Sa voix sublime s'est tue. Je sens encore entre l'index et le majeur la graisse laissée par l'unique balle lubrifiée qu'il m'a fallu pour éxécuter le contrat. La tâche rouge s'étend sur sa veste. Si belle, dans sa robe rouge.
Tout fut beau chez Anna Netrebko. Mais ce soir: Anna ne se relèvera pas.

J'espère que ça corrige un peu les défauts.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé  
Gorka



Inscrit le: Jeu 5 Mai 2005
Messages: 531

MessagePublié le: Mar Nov 06, 2007 4:52 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

Ne t'inquiète pas. Il y a encore quelques fautes, mais le texte est superbe.
_________________
visitez mon blog de rôliste, découvrez-y mon JdRa !
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé   MSN Messenger
sico



Inscrit le: Lun 3 Sep 2007
Messages: 7

MessagePublié le: Mar Nov 06, 2007 8:17 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

Merci beaucoup. Je voudrais juste savoir: est-ce que tu parles de fautes d'orthographe ou de fautes dans le fond du texte (narration, rythme ect.)?

En tout cas un grand merci si tu peux répondre.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé  
Gorka



Inscrit le: Jeu 5 Mai 2005
Messages: 531

MessagePublié le: Mar Nov 13, 2007 6:51 pm    Titre du sujet: Répondre en citant

des fautes d'othographe. L'histoire, elle, est très bien gérée, il n'y a pas de problème, pour moi.
_________________
visitez mon blog de rôliste, découvrez-y mon JdRa !
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé   MSN Messenger
Afficher les messages depuis:   
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie.... Heures au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr