Arcanum-fr Index du forum Arcanum-fr
Le forum de la communauté Arcanum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des membresListe des membres   Groupes d’utilisateursGroupes d’utilisateurs   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter afin de vérifier vos messages privésSe connecter afin de vérifier vos messages privés   ConnexionConnexion 

Le don des rêves

 
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie....
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gunsmith bob
Explorateur sans frontière
Explorateur sans frontière


Inscrit le: Sam 20 Avr 2002
Messages: 2372
Localisation: West Athen, dans mon yalmaha, ou en mission

MessagePublié le: Jeu Déc 21, 2006 6:11 pm    Titre du sujet: Le don des rêves Répondre en citant

« Merci d'être venu, Frank : assied toi, je t'en prie. Je t'offre un whisky ?
_ Volontiers. Bon, que puis je faire pour toi qui nécessite mes compétences, ô grand prix nobel?
_ Dit moi, que sais tu des rêves ?
_ Hum, qu'ils peuvent être extrêmement plaisants, qu'il peuvent se réaliser d'eux même , en faisait les efforts necessaires ou en allongeant suffisamment de dollars sur la table de négociation ?
_ Haha, toujours le mot pour rire. Non sérieusement, toi qui a fait des études littéraires et publié plusieurs livres de philosophie, tu dois en connaître un rayon à ce sujet.
_ Par particulièrement : mes champs de prédilection étaient plutôt la morale et l'influence de la religion sur l'évolution des civilisations. Enfin, je peux toujours te ressortir ce que nos professeurs nous enseignaient à l'université, du moins ce que j'en ai retenu.
_ Quand tu ne dormais pas ou n'employais pas ton charme sur une quelconque victime de sexe féminin?
_ Exactement. Bon alors voyons...
On peut voir les rêves sous trois aspects différents : du point de vue physiologique, les rêves sont le résultat d'une activité cérébrale assez importante durant le sommeil, pendant une période appelée 'sommeil paradoxal'; du point de vue psychologique, les rêves sont le reflet de l'inconscient. Du point de vue spirituel, les rêves seraient des messages envoyés par la divinité correspondant à tes croyances.
_ Je vois, intéressant.
_ Le sujet est tellement vaste, si tu veux des réponses exactes, il vaudrait mieux que tu précises ce que tu voudrais savoir.
_ Hum, as tu déjà entendu parlé de personnes recevant un enseignement durant leurs rêves?
_ A part dans les histoires de science-fiction, non, jamais. Pourquoi cette question?
_ Oh... euh comme ca, par curiosité.
_ Si tu le dis. Mais dis donc, ca ne va pas ? Tu es pâle d'un coup : ton verre ne passe pas ?
_ Si si ca va. C'est juste un peu de fatigue, quelques nuits blanches : ca va passer.
_ Tu es sûr ? Tu devrais te reposer, ou prendre des somnifères, ca irait mieux.
_ Non! Surtout pas ! Je n'ai pas besoin de dormir!
_ Hey relax, c'était juste une suggestion.
_ Je suis à cran, Frank : j'ai peur, d'être fou, les deux à la fois.
_ Qu'est ce qui ne va pas ?
_ Autant que je te raconte toute l'histoire, puisque c'est la raison pour laquelle je t'ai demandé de venir. »

« Te souviens tu de notre enfance à l'école élémentaire, puis au collège, Frank? J'étais le plus branché science, et aussi paradoxalement le plus sensible : dés l'âge de huit ans, je m'intéressais déjà aux théories de la physique nucléaire. Nous étions tous les deux les meilleurs en classe, jusqu'à ce que nos voies divergent, et pourtant, si toi tu fournissais des efforts importants et constants, moi je me laissais vivre. Oh, ca ne se voyait pas car je travaillais un minimum et parce que je pigeais vite, mais aussi grâce aux rêves que je faisais.
Parfois, quand je ne comprenais vraiment pas un sujet donné, il m'arrivait de faire un rêve à ce sujet et le lendemain, pffit, je le maîtrisais sur le bout des doigts. Au début, je pensais que c'était le résultat de mes efforts, démêlés pendant la nuit par mon subconscient, et puis ca a continué, ca c'est même amplifié.
Après le lycée et les premières années d'université, j'ai pu accéder à ce qui me plaisait vraiment, la physique atomique et la recherche, en réalisant une thèse. C'est à cette époque que j'ai commencé à me faire connaître, alors que je démontrais l'inexactitude d'un théorème assez important, et que je le corrigeais, révolutionnant ainsi l'utilisation des semi-conducteurs. Pour le public, c'était le fruit d'une intuition géniale suivit d'un travail acharné, alors qu'en vérité, l'origine de tout cela était ... un rêve. »

« Tu me connais, Frank : je suis passionné par les théories d'Einstein et de Schrödinger, je pourrais te citer tous les articles réalisés cette année sur la théorie des super-cordes, mais je suis presque incapable de résoudre une équation du second degrés. Un blocage sur les maths, c'est comme ca : je n'ai jamais compris pourquoi. J'aurais normalement été incapable d'aligner les formules réfutant le troisième théorème de Längsholm et si j'ai pu les écrire sans problème, c'est parce que ... parce que je les avais déjà lu quelque part.
Et ce quelque part était un rêve que j'avais fait à l'époque : dans ce songe, je me voyais aligner des kilomètres de formules sur un tableau pour aboutir à la conclusion que l'on connaît. Mû par l'instinct, j'ai couru jusqu'au labo en pleine nuit pour recopier ces calculs avant de les oublier. Tout le temps pendant lequel mes tuteurs pensaient que je travaillais sur une quelconque expérience, enfermé et ne sortant qu'occasionnellement, je le passais à vérifier ces calculs grâce aux ordinateurs que j'avais à ma disposition, pour finalement me rendre compte que tout était exact. Je t'assure, j'ai cru que je dormais encore ou que j'avais péter un plomb, mais non, c'était vrai. Et il est impossible que ca ait été un rêve prémonitoire : il est inconcevable que mon inconscient ait pu pondre un résultat pareil. Une telle beauté dans les développements puis dans les simplifications... non c'était un cadeau, un don des rêves. »

« Un peu plus tard, je remarquais une autre influence de mes rêves : non pas sur ma carrière, mais sur ma personnalité. J'ai mis du temps à m'en rendre compte, car j'ai longtemps mis cela sur le compte de ma sensibilité.
Te souviens tu à quel point je détestais le français durant nos études? Mes résultats dans ce domaine étaient tels que j'ai failli échouer à cause de cela. Et pourtant ... Un beau jour, j'ai fait un rêve extrêmement réaliste ou je travaillais sur un manuscrit: le lendemain, alors que j'avais oublié ce songe, je me suis surpris à taper quelques paragraphes sur mon ordinateur personnel, les débuts de mon premier récit : 'L'Hyper Ion' . Un an après, il était publié, de même sa suite, « La Précipitation de l'Hyper Ion » et mon recueil de poèmes de SF : « La Terre se Meut (mais lentement) » . J'ai utilisé un pseudonyme afin que personne ne fasse le rapprochement avec le nouveau prodige de physique, mais je peux te montrer les manuscrits si tu doutes.

Le nouveau prodige de la physique, en effet, car depuis mes débuts, j'ai continué à faire parler de moi dans la communauté scientifique.
Après la réfutation du théorème de Längsholm, je m'attaquais à d'autre voies. Si mon intelligence et ma passion jouèrent un rôle non négligeable, ce fût pourtant une fois encore à mes rêves que je devais la réussite et finalement un prix nobel. A chaque fois le résultat m'était fourni sur un plateau d'argent. A la fin, je ne prenais même plus le temps de vérifier ce que j'avais vu, laissant discrètement cela à mon équipe et faisait entièrement confiance à ce qui m'avait inspiré. J'en étais venu à considerer ces dons comme quelque chose de normal, cadeaux que je recevais tel un enfant gâté.
Je crois que mon erreur vient de là : il semble que rien ne soit gratuit en ce monde comme dans le monde onirique. »

« C'est il y a environ un an que la nature de mes songes a commencé à changer. Auparavant, les rêves cohérents que je faisais concernaient mon domaine d'activité et contribuaient à ma carrière, ou enrichissaient simplement mes possibilités avec de nouveaux horizons, tels l'écriture ou la menuiserie, mais cette fois ... c'était différent.
Le premier de ces rêves se déroulait en arctique : je me trouvais sur la banquise, enveloppé d'un épais manteau de fourrure quand je suis tombé à l'eau. De par le poids du vêtement et la température de l'eau qui engourdissait mes membres, j'étais incapable de remonter sur la glace et j'ai commencé à couler. A ce moment là, je suis dit que je n'avais plus qu'à attendre tranquillement que la mort vienne, car c'était tout ce qu'il restait. Quand je me rendit compte qu'elle ne viendrait pas, je fus pris d'une certaine mélancolie, attristé de ce semblant de vie qu'il me restait alors que je coulais sans fin, désirant une mort qui était promesse de délivrance. Tel fût mon état d'esprit à mon réveil : les rêves de décès choquent parfois les gens jusqu'à provoquer des traumatismes; pour ma part celui que je venais de faire m'avait bouleversé en supprimant mon envie de lutter à tout prix, comme si je savais qu'au fond il n'y a pas à avoir peur, que seul un bienheureux oubli nous attend.

Le deuxième rêve, je l'ai fait il y a quatre mois, soit environ sept mois après le précédent. Dans celui ci, j'étais une sorte d'agent spécial tel qu'on en voit dans les jeux videos modernes. Armé d'un pistolet et d'une quantité importante de chargeurs, je devais traverser une ville parcourue par des troupes appartenant à un groupe que mon esprit désigna simplement par « L'ennemi ». Aussi bizarrement que cela semble et en dépit de mon habituel dégoût pour les armes, j'y parvins et me montrait même très habile tant pour le maniement du pistolet que pour le tir à proprement dit. Un peu plus tard, par curiosité, je me suis rendu à un club de tir ou je demandais au gérant si je pouvais faire une petite séance en vue d'une possible inscription si cela me plaisait, ce qu'il m'accorda. Quand la cible revint, le responsable me demandât depuis combien de temps je m'entraînais avec un pistolet : sur les six balles que j'avais tiré, trois avaient très précisément atteint la tête de la silhouette, les trois autres se trouvaient la région du coeur. Et pourtant, jamais je n'avais touché ce genre d'objet de ma vie.

C'est à peu prêt à ce moment là que j'en suis venu à m'interroger sérieusement sur l'origine de ces rêves. On dit souvent que les rêves servent à trier ce que le cerveau a emmagasiné durant le jour, mais il semble proprement impossible que mon inconscient ai pu fabriquer ces songes.
Une autre idée fut que ces rêves avaient la même origine que ceux qui m'avaient valu la célébrité, mais dans ce cas, pourquoi ? Pour ces formules et ses équations, devais je payer une contrepartie? Et dans ce cas, de quelle nature ? A la pensée des deux nuits dont je viens de te faire le résumé, je me suis senti empli d'un malaise qui s'amplifia avec le dernier songe de la série, qui remonte au début de la semaine...

Le rêve s'est déroulé en deux parties : dans la première, je me trouvais alors dans un hôpital, la nuit, parce qu'une amie n'existant que dans ce rêve m'avait demandé de venir. Elle me donnât alors un scalpel et me dit de tuer les patients de cet étage. C'est alors que des gens sont sortis de la demi-obscurité dans la laquelle baignait tout l'étage, et que j'ai commencé mon sanglant ouvrage, visant les carotides avec une précision qui semblait venir d'une longue expérience. Le sol était devenu glissant d'hémoglobine quand je commençais à flancher : je ne parvins pas à tuer une jeune fille aux membres surnuméraires (elle avait quatre jambes), c'est mon amie qui l'a achevé. Après ca, j'ai tenté de quitter l'hôpital en prenant l'ascenseur, mais un fou armé d'une tronçonneuse en est sorti. Je n'ai pu m'en tirer qu'en prenant une table comme bouclier et en parvenant à repousser l'arme contre la poitrine de mon agresseur. Fin de la première partie du rêve.
Dans la deuxième, je me trouvais sur le toit de l'hôpital, toujours sur l'instance de mon amie et toujours dans le même but : faire couler le sang. Seulement cette fois, je n'avais plus de scalpel mais une tronçonneuse, probablement récupérée à la suite de mon précédent affrontement. Alors j'ai commencé mon ouvrage, totalement insensible aux cris et aux supplications, me servant de mon outil pour frapper d'estoc, plus rarement de taille. Le rêve s'est terminé alors que je poussais dans le vide ma dernière victime ( le bâtiment faisant quand même une dizaine d'étages).

Ce rêve bien que particulièrement violent n'est pourtant pas la cause de mon malaise : c'est la réaction que j'ai eu le lendemain. J'étais dans un des laboratoires quand l'un de mes supérieurs hiérarchiques, un petit homme que tout le monde méprise, m'a annoncé avec un sourire non dissimulé que les restrictions de budget allait nous empêcher de réaliser une expérience que nous devions absolument réaliser pour progresser dans nos travaux. Et à sa mine, il semblait même qu'il en était à l'origine. Je m'étais appuyé contre le rebord d'une table lorsqu'il est venu me parler, et ma main s'est alors posée inconsciemment sur le manche d'un de ces imposants couteaux que nous utilisions pour tailler les prismes de nos appareils d'expérimentations. Le tenant, je me dit alors froidement que je pourrais démembrer ce nabot sur le champs si vite qu'il ne s'en rendrait pas compte, et commençait à chercher du regard les éventuels témoins qui devraient disparaître aussi.
Par chance je me suis rendu compte de ce que j'avais failli faire, et j'ai quitté la pièce en courant pour respirer un peu dehors. J'ai ensuite demandé un congé d'un mois ce qui m'a été accordé, et je suis rentré directement ici, effrayé de dormir à nouveau. Effrayé de ce que le prochain rêve pourrait être et de ce que je pourrait faire »

« Woaw, c'est... surprenant. Si je ne te connaissais pas aussi bien, je penserais que tu as lu un peu trop de Stephen King et de Lovecraft récemment. Ou alors simplement que tu te moques de moi.
_ Je peux t'assurer que non.
_ Je me doute bien, ce n'est pas ton genre.
_ ...
_ Dis moi, as tu parlé de ca à quelqu'un d'autre auparavant ?
_ Non tu es le premier à qui j'ai osé en parler. Je n'ai pas voulu voir un spécialiste, de peur de me retrouver avec une chemise blanche dont les manches vont jusque dans le dos.
_ Tu as bien fait : il ne faut pas croire que tous soient des adeptes de la chambre capitonnée, mais je crois que dans ton état, tu aurais pu mal réagir à leurs propos.
_ Alors, qu'en penses tu ? Ton avis si ce qui m'arrive ?
_ Pour la première partie, je ne sais pas trop; ca pourrait correspondre à la description que certains artistes font de leur muse. Ou alors est ce le trait particulier qui distingue les génies de la masse commune, cette capacité à imaginer des choses qui nous semblent tenir du miracle.
_ Tu crois ?
_ Oui, ca pourrait même expliquer la deuxième série de rêves que tu as fait. Réfléchis : tu es quelqu'un de plus intelligent que la moyenne, c'est évident. Pourtant tu te sous estimes, donc devant ton refus d'accepter tes capacités, ton inconscient cherche une alternative pour pleinement exprimer les capacités de ton cerveau, d'où les rêves ou tu fais tes découvertes. Apparemment, comme tu ne peux pas assumer ton talent, ton cerveau fait ses propres raisonnements dans ton sommeil et te livre les résultats pendant le sommeil paradoxal.
_ Et pourquoi ca expliquerait la deuxième série ?
_ Cela pourrait venir de ta réaction vis à vis des dons des rêves que tu reçois : tu ne te juges toujours pas digne de les recevoir, de récolter les fruits du travail de ton propre cerveau, donc ton inconscient agit à encore un autre niveau et cette fois exprime aussi ton sentiment de culpabilité bien que de manière détourné. Et cette manière détournée, les marques de ce conflit, ce sont les rêves dépressifs, violents et sinistres qui tu as fait depuis un an.
_ Hum ...
_ Oui je sais, ca a l'air tordu, désolé si je suis un peu obscur, mais c'est la manière la plus simple que j'ai pour formuler mes idées.
_ Pas de soucis, je comprend. Donc d'après toi, ce qu'il faudrait, c'est que d'une manière ou d'une autre, je fasse la paix avec moi même et accepte ce dont je suis capable?
_ Oui, et surtout, de dormir, de te reposer : le manque de sommeil ne pourra qu'empirer ton état psychologique.
_ Je vois, je comprend, c'est ce que je vais faire. Par contre, hum... je me sentirais plus à l'aise si tu restais ici cette nuit.
_ Bah si ca te rassurer, pourquoi pas? Et puis ton canapé a l'air très confortable, ca devrait aller.
_ Je te remercie. »

_____

Le lendemain, l'officier de police interrogé quant à la scène rapporta ne jamais avoir vu ca durant ses années de services. L'appartement ressemblait à une scène d'une de ses films d'horreur pour adulte : le sol et une partie des murs étaient littéralement couverts de sang. Les deux cadavres exsangues comportaient un grand nombre de coups d'arme blanche dont un certain nombre au visage, les défigurant tout deux au point de les rendre impossibles à identifier. Chacun tenait un couteau de cuisine à la main et rien dans l'appartement ne pouvait suggérer ce qui s'était passé entre eux, qui avait donné le premier coup...
Le seul indice exploitable était l'inscription faite sur un mur avec du sang, écrite par l'un des deux dans un moment de lucidité probablement, mais à laquelle personne n'avait pu attribuer le moindre sens :
« Il ne comprend vraiment pas : le don des rêves ne peut pas être refusé, nous n'avons pas le choix. »
_________________
Personnages principaux à Anarchy : Janetis, lvl 220 fixer , mission complete !
Syleeth, lvl 220 engineer : encore une.
Revenir en haut
Voir le profil de l’utilisateur Envoyer un message privé   MSN Messenger
Afficher les messages depuis:   
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arcanum-fr Index du forum -> Histoires, écriture, poésie.... Heures au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr